Les "romerias en Tenerife" vous invitent à boire et à manger
LECTURE

Entrez dans la tradition canarienne des «romeri...

Entrez dans la tradition canarienne des «romerias en Tenerife»

Les «romerias en Tenerife», vous connaissez? Ce sont des fêtes en l’honneur du saint patron de chaque village de l’île. Les «romerias en Tenerife» font partie des traditions espagnoles que la religion a instauré. À l’origine, le mot vient du latin. «Romero» désignait un pèlerin partant pour Rome. Par extension, ce mot désigne tous les pèlerins. Les «romerias en Tenerife», de la Laguna, de los Realejos ou d’ailleurs, sont des moments de joie. Elles ont lieu toute l’année selon les villages, principalement au printemps, quand la nature revit.

Si vous voulez découvrir les «romerias en Tenerife», lisez bien ces prochaines lignes. Nous donnons un aperçu de ce qu’est cette culture des Canaries particulière à l’archipel. Entre les «romerias en Tenerife», les plages, les coins de nature, vous aurez de quoi faire à Tenerife! Faites l’ascension du Teide le matin, mêlez-vous à une «romeria» l’après-midi. Vous ne saurez plus quoi visiter à Tenerife tant il y a à voir! Selon votre humeur, vous trouverez un endroit qui vous ressemble. Comme ces «romerias en Tenerife». Certaines sont plus populaires que d’autres. À vous de choisir.

La romeria del Socorro à Guimar, la plus ancienne des romerias en Tenerife

C’est la plus ancienne des «romerias en Tenerife». Elle l’est même de tout l’archipel.  Elle trouve sa naissance lorsque les Guanches, les premiers habitants des Canaries, ont découvert la «Virgen de la Candelaria». Leur roi implora son secours pour transporter la statue trop lourde. De là est née la «Virgen del Socorro» qui a engendré cette coutume espagnole et religieuse. Désormais, on honore la Vierge du Secours en septembre. C’est l’une des patronnes les plus connues des «romerias en Tenerife».

Rien de mieux que de suivre cette romeria si vous cherchez quoi voir à Tenerife. Depuis l’église de San Pedro, au centre du village, vous traverserez de beaux paysages. En descendant la vallée jusqu’à l’ermitage sur la plage del Socorro, vous avancerez avec des milliers de gens. Il y a beaucoup de joie de vivre dans ces «romerias en Tenerife». Il y a aussi un peu de solennel même si les villageois profitent de cette célébration pour boire et manger. Les traditions espagnoles ont souvent cette ambivalence, entre recueillement et fête. Cette journée en plein air vous a plu? Reposez-vous dans un bel hôtel à Tenerife, car l’île vous réserve encore bien des surprises.

Saint marc à Tegueste et Saint Isidore le Laboureur à Tacoronte: les plus agricoles

L’un des éléments essentiels des «romerias en Tenerife» sont les troupeaux. Une fois n’est plus coutume, les bergers sortent leurs vaches. Chèvres et moutons sont aussi de sortie dans les véritables «romerias en Tenerife». Ce n’est pas un hasard si le patron à Tacoronte s’appelle Isidore Le Laboureur. Il aide les paysans à labourer et permet de récolter les richesses de la terre. Aujourd’hui encore, on honore ce San Isidro comme Saint Marc l’Evangéliste à Tegueste. Dans ce village, la présence de grandes barques qui avancent dans les rues fait de sa romeria un spectacle particulier.

Tout aussi particulier que ces bateaux, ce sont les guachinches. Ceux du nord de l’île sont authentiques. Autant que les «romerias en Tenerife»! Si vous vous demandiez quoi voir à Tenerife d’authentique, entrez dans ces petits bouis-bouis. Perdez-vous dans les ruelles de ces villages authentiques pendant que les «romeros» prolongent la fête ou rentrent chez eux. Vous verrez la mer au loin et le volcan Teide voilé par les nuages. Attendez le soir venir. Si vous savez où dormir à Tenerife, rien ne presse. Le coucher du soleil sur l’océan vaut la peine de s’attarder.

Les «romerias» de La Orotava et de La Laguna: plus bourgeoises que les autres

Malgré l’origine rurale des «romerias en Tenerife», certaines de ces célébrations ont vu quelques modifications s’effectuer. Les classes aristocratiques qui organisaient les «romerias en Tenerife» ont parfois confectionné des costumes délicats. Si précieux qu’ils sont peu appropriés pour les champs de la vallées de la Orotava.  Qu’importe, c’est joli et les touristes qui aiment les coutumes espagnoles apprécient. À San Cristobal de la Laguna, les «romeros» sont aussi un peu plus chics que dans les villages agricoles du nord. San Benito Abad, ou Saint Benoît de Nurcie, est honoré dignement. Comme dans les «romerias en Tenerife», on lui offre des légumes que l’on dépose au sol.  Le tout en dansant et en chanson.

À Tenerife, un festival ou une fête n’est jamais fait à moitié. Les habitants sont encore fiers des «romerias en Tenerife». Les plus importantes peuvent même accueillir des dizaines de milliers de «pèlerins» le temps d’une journée. Si vous voulez connaître l’île de l’intérieur et vivre intensément votre voyage, il faut venir à une romeria. On vous servira des pommes de terre, de la viande, du vin, du riz ou des œufs.